La lettre d'Asspro Scientifique - octobre 2015


La e-réputation : un risque de plus à gérer pour les médecins

 

 

Lire des autres lettres

 

Depuis quelques temps maintenant le bouche-à-oreille digital sur les réseaux sociaux a pris le pas sur les échanges traditionnels de vive voix entre patients sur leurs médecins. C'est donc quelque chose aujourd'hui qu'il faut savoir appréhender et anticiper pour soigner sa réputation.


Mieux comprendre les enjeux de la e-reputation

« Beaucoup de confrères n'ont pas encore pris conscience de la puissance de l'Internet pour construire ou détruire une réputation », explique le Dr Jacques Lucas, vice-président du Conseil National de l'Ordre des Médecins en charge des questions numériques. Et pourtant, il est devenu impératif pour eux d'être présents sur la toile.
« Nous engageons les médecins à être là où se produit l'information », indique Jacques Lucas. Autrement dit, il ne faut pas hésiter à se doter d'une page web professionnelle, à développer la présentation de son équipe, de son établissement. Il y a bien sûr des limites déontologiques à respecter. La publicité est interdite, mais, souligne le responsable ordinal, « la présentation objective de ce que l'on fait ne peut pas être considérée comme de la publicité ».


Le nécessaire travail de veille

Les médecins peuvent facilement mettre en place quelques actions simples pour améliorer leur e-réputation. Ils ont par exemple tout intérêt à effectuer régulièrement une recherche web à leur nom ou à se créer une alerte dans les moteurs de recherche afin de surveiller ce qui est dit sur eux sur Internet. Cela leur permettra de détecter les éventuels problèmes et d'agir à bon escient.
Par exemple, « dans les cas avérés de diffamation, de dénigrement, d'injure, il est tout à fait possible (et même recommandé) de demander la suppression des commentaires », indique Jérémie Noël, le directeur clientèle de Réputation Squad, une entreprise spécialisée dans le secteur de la réputation numérique.

 

 

Occuper l'espace numérique

Les démarches pour faire supprimer des commentaires abusifs sont toutefois très contraignantes : il faut déterminer ce qui relève de l'injure ou de la diffamation, engager un avocat, consigner une certaine somme pour le cas où le recours serait abusif... et il faut faire vite, car les délais de prescription en la matière sont extrêmement courts.
Si l'on veut agir, il est nécessaire d'agir vite. Mieux vaut donc être accompagné. Le Cabinet Branchet s'apprête par exemple à proposer un nouveau service à destination des médecins, par lequel un prestataire spécialisé se chargera de la veille sur Internet, et de la réponse aux commentaires litigieux. Celle-ci peut aller de la simple demande de suppression des propos à l'action en justice.
Mais pour protéger son e-réputation, d'autres stratégies peuvent être envisagées. Il est par exemple intéressant de s'appliquer à occuper l'espace numérique, explique Denise Silber, spécialiste de la communication numérique. En créant un blog, en étant présent en tant que professionnel sur les réseaux sociaux, en partageant avec les internautes des liens qui lui semblent pertinents, le médecin se rendra visible sur Internet et diluera l'impact d'éventuels commentaires négatifs.

 

En résumé, en matière de e-réputation, le préventif est préférable au curatif !

 

 



Rechercher une fiche

Pas de résultat.
Résultats

Informations

Nous contacter

01. 55. 07. 15. 15

Actualités

 

VOIR LES actualités



Voir aussi :